Parlement de la Mer : veille médiatique

Midi-Libre du 23/11/2012

Etape sétoise pour le futur parlement de la mer

Quatre cents personnes environ...  petit article paru dans l'édition de Sète du Midi-Libre.

NB Il n'y a eu aucune publication en ligne sur cette réunion parfois houleuse(?).

 

L'accent du Sud du 9/11/2012

Prenons en main notre Méditerranée

Avec la communauté maritime de la Méditerranée...

 

Le Marin du 9/11/2012

Languedoc-Roussillon : un parlement de la mer pour fédérer...

Pour fédérer le monde maritime, le président du conseil régional a décidé de mettre sur pied...

 

lu sur le site de midilibre.fr le 1/11/2012

La Mer : sujet brûlant pour Christian Bourquin

Autant dire qu’à Sète, le président sera servi...

 

communiqué du 31/10/2012

Communiqué de l'Union des Associations de Navigateurs du Golfe du Lion

 

sur le site de ladepeche.fr le 23/10/2012

Le Parlement de la Mer est en route

Hier soir, la 3e réunion publique en vue de la création du Parlement de la Mer avait lieu à Gruissan...

 

sur le site de midilibre.fr le 19/10/2012

Le Parlement de la mer reçoit une vague de propositions

De multiples acteurs économiques du littoral étaient réunis mercredi soir à Port Camargue...

 

sur le site de lindependant.fr le 18/10/2012

La Région lance le Parlement de la mer

Avant même son lancement, le Parlement de la mer semble déjà victime de son succès. Ce lundi 15 octobre, la première réunion publique organisée en vue...

Plaisanciers "cocus" ?

Seule ombre au tableau : durant le débat qui s'est déroulé à la fin de la réunion, un membre de l'Association des navigateurs s'est déclaré "stupéfait"...



Ajouté le 19/11/2012 par l'administrateur du site - 5 réactions

Les réactions

Avatar Francois Plassard

content de la première réunion à Gruissan Attend sur Gruissan les ateliers de travail annoncés un ancien aquaculteur et chercheur

Le 16-12-2012 à 07:29:54

Avatar jitzo Petrel

Si les "plaisanciers" ne sont pas invités c'est qu'ils sont considérés comme la carrière à exploiter au mieux, voir au pire...Les carriers ne demandent jamais l'avis de la montagne où ils veulent faire leur carrière, pas plus que les pêcheurs n'ont demandé l'avis des poissons...donne-t-on la parole à ceux que l'on a bien l'intention d'exploiter ...honteusement ?
Cherchez l'erreur: la carrière et les poissons sont la nature que l'on ne respecte pas et comme on en fait partie...cela fini toujours par des retours de bâtons. Tout cela parce que certains cherchent à s'affirmer au détriments de leurs semblables sans apprendre.
De la même manière les "plaisanciers" ( curieux nom qui en dit déjà long sur le regard porté...) sont tout simplement des humains qui se contentent de parcourir la nature en y prélevant parfois leur nourriture dans leur voyage comme tout prédateur naturel, tandis que d'autres qui prétendent leur faire la leçon s'approprient eux la nature pour l'exploiter sans vergogne et donc sans sagesse en essayant de la vendre à ceux qui l'aiment...eux n'aiment ni la nature ni leurs semblables, ils n'aiment que l'argent comme moyen de pouvoir sur autrui. Cela on l'a bien compris et je l'ai vécu dans différentes "disciplines" que j'ai fuies pour ne pas participer au carnage au fur et à mesure que certains voulaient gérer mon bonheur et mon plaisir à ma place...je parle de la grande famille des "professionnels". J'ai ainsi perdu la beauté et la solitude de la montagne polluées par une multitudes de remontées mécaniques abreuvant de "clients" des pistes faites au bulldozer alors que je faisais partie de ceux qui montaient à pieds tout le matin pour faire une descente dans la montagne dans l'après midi, montagne que nous avions donc été obligés de comprendre et apprivoiser. La montagne aussi où les refuges amoureusement entretenus par les montagnards sont devenus des boites de nuit et des restos ou certains viennent juste manger une fondue avant de s'abreuver; plus de place pour ceux qui ont besoin de se coucher tôt pour pouvoir partir affronter la rimaye avant le lever du soleil...Idem pour la spéléo qui est devenue une consommation de loisirs payants avec toute la pollution et l'incompétence que cela implique. Il me restait la voile mais j'y suis venu trop tard déjà bien atteinte par les ravages des chantiers qui ne s'occupent plus de proposer des produits d'abord marins mais surtout beau, voir rapides et surtout très dépendants d'électronique et de la météo et donc dangereux. Même politique que l'automobile: surtout tape à l'oeil, surtout pas réparables, surtout dépendants d'effet de mode, tout cela sans autre souci que plus gros bénéfices possibles pour le Capital mais certainement pas de la sécurité des usagers et encore moins de la gestion de l'espace vital...et surtout pas faire travailler le plus grand nombre. On connaît leur position: il n'y a plus de place ils font donc des bateaux de plus en plus gros et de plus en plus larges, plutot moins fiables mais par contre plus rentables et ils mettent les pouvoirs public en demeure de dépenser l'argent commun en leur seul avantage en bétonnant encore plus...quant aux "pêcheurs" ( doit on mettre dans cette appellation tous ceux qui attrapent des poisons ?) ceux du Languedoc Roussillon savent mieux que tout le monde la responsabilité qu'ils ont dans la disparition non seulement des poissons mais aussi de toute forme de vie sur le sable immergé de la région... ( Adieu gorgones et les autres...).
Quant aux loueurs à force d'inciter des consommateurs de loisirs à faire n'importe quoi moyennant finances ils peuvent se vanter d'être le bonheur des nouvelles SNSM financières organisées par les exploiteurs de la mer qui n'ont plus rien à voir avec celles organisées par les utilisateurs de la mer. La concurrence est dure entre privés pompiers et SNSM pour "sauver" le monde...écoutez donc la VHF du coté de Marseille ! Il ne fait pas bon qu'un plaisancier décide d'oser en aider un autre, par solidarité des gens de mer...La solidarité appartient désormais aux...professionnels ! Si si, vous ne les croyez pas non plus..?
N'attendez rien d'autres de ce Parlement de la Mer que des règlements au bénéfice des entreprises qui rapportent de l'argent au grand capital, ce qu'ils appellent l'Economie mais qui est certe une économie pour les uns mais plus de dépensent pour les autres...L'argent ne se récolte pas, il change de main tout simplement. Quant à la nature...un Parlement est un lieu où...l'on parle; pas ou on fait soi-même mais où l'on espère bien faire faire aux autres...pour soi ! D'ailleurs vous avez bien ressenti que le président de région savait déjà les objectifs d'action, le parlement c'est "comment le faire passer", en donnant l'impression aux autres qu'ils ont oeuvré d'eux-mêmes. Comme le disait Coluche: c'est un numero de cirque où certains épluchent les oignons et les autres pleurent... N'espérez rien des Socialistes car ceux au pouvoir sont tous des capitalistes par éducation et des énarques, école ou le monde du grand capital fait croire à ses enfants qu'ils sont une élite qui doit sauver les autres. Les places sont chères pour y être connus, ils font donc des équipes qui s'affrontent, ils ont leurs matchs qu'ils nomment les élections mais ils ont les mêmes ambitions. Mieux vaut donc encore choisir quelqu'un de modeste et poli, surtout si vous aimez croiser tranquille à l'étranger; mais si vous êtes maso et aimez vivre dangereusement choisissez plutôt un arrogant prétentieux, agressif et incorrect.
Bonne continuation.

Le 13-11-2012 à 03:36:18

Avatar Echos des Pontons

Si nous pouvons faire des propositions, il faut demander :

- des places de port,
- un droit de pêche en rapport avec notre place économique,
- des cales de mise à l’eau,
- un droit d’accès libre au rivage,
- un statut locatif pour nos places de port, etc...

Mais, ce qui nous parait constructif ne peut malheureusement pas séduire les élus.
Cela tient au seul fait que nous sommes des cibles pour la majorité de la population qui tout en enviant notre liberté ne rêve que de la neutraliser. Or la majorité est la règle de survie de tout élu.

La défense des plaisanciers, pour le moment, passe par l’isolement social ou du moins politique. Il est possible que cela change un jour, on peut toujours rêver...

Le 29-10-2012 à 14:30:52

Avatar Jean-Yves LECESNE

Malgré la promesse faite lors de la réunion publique de Banyuls :
"Je ne veux laisser personne sur le côté, a assuré Christian Bourquin. Votre association sera présente lors de la réunion publique du Grau-du-Roi".
Les navigateurs de plaisance n'ont pas été appelés à intervenir lors de la réunion du Grau du Roi !

A une question posée par un navigateur, à Port Camargue, sur le financement de l'opération et son fondement juridique, la presse a retenu :

Une inquiétude sur le budget alloué à ce parlement. "Pour échanger ensemble, on n'a pas besoin de budget", précisait le capitaine Bourquin, ramant pour ramener tout le monde sur son bateau.

On peut légitimement se poser la question de savoir si la Région est compétente pour intervenir sur les zones côtières, ou si cela relève plutôt de la compétence de l'Etat et des communes.

Le 19-10-2012 à 16:56:49

Avatar Michel Bianchi

Bien sur, ce n'est pas une grosse surprise. Les politiques ont besoin de nous pour les "finances" (j'ajoute "pour les financer"), ce parlement porte bien son nom...

Le 18-10-2012 à 18:17:25

Réagir


CAPTCHA